0%

Nintendo Switch : je l’ai testé pour vous

0

Nintendo Switch par ci, Nintendo Switch par là, on n’entend plus parler que de cette console dans l’actualité des jeux vidéo. Et moi qui suit plutôt un aficionados de la PS4, cela a fini par piquer ma curiosité. Un site de vente en ligne de jeux vidéo m’en a confié une pour la tester.

Une console qui pique ma curiosité

La dernière Nintendo de salon que j’ai eu fut la N64. Ensuite, j’ai décroché pour Playstation. J’ai toutefois eu l’occasion à maintes reprises de jouer à la Wii, en particulier à Mario Kart. Mais depuis, je n’avais plus touché à une Nintendo, comme beaucoup de joueurs d’ailleurs. Il faut dire que la Wii U fut un véritable accident dans le parcours de la marque japonaise. Il lui était donc plus que vital de renverser la donne et de lancer enfin une console qui marche. Et cela semble être le cas avec la Nintendo Switch qui s’est vendue à 2,5 millions d’unités à travers le monde.

Bien que je sois un mordu de PS4, à force d’entendre du bien de la Nintendo Switch, cela donne envie de l’essayer. Un site de vente en ligne m’a gentiment confié un exemplaire, pour que je la teste.

Une console intéressante

La toute première impression, avant même de l’installer ou de l’allumer, c’est l’impression de solidité de la console et des accessoires. Les plastiques semblent robustes et ont une belle finition. Toutefois, je trouve l’écran assez décevant car il est bordé par un espace inutilisé compris entre 1 centimètre et 1,5 centimètre. Avec la technologie d’aujourd’hui, la firme nipponne aurait probablement pu offrir une plus grande diagonale à sa dalle.

La mise en route est simple et intuitive. Le navigateur l’est tout autant et on s’y retrouve très rapidement. J’ai testé le jeu Mario Kart 8 Deluxe (Switch) que le site de vente en ligne m’a gracieusement prêté avec la console. Petite déception, il ne s’agit pas du tout d’une nouveauté, mais plutôt d’un titre remis au goût du jour et qui existait déjà sur la Wii U. Le plaisir est tout de même là. Le maniement du pad est simple, la prise en main également. La définition graphique du jeu est pas mal du tout.

Je passe ensuite en mode nomade. Là, immédiatement, la définition est nettement moins bonne. Il faut toutefois garder à l’esprit que cela reste néanmoins la plus puissante des consoles portables actuellement disponibles. En réglant les paramètres de manière à économiser la batterie, j’ai réussi à tenir un peu plus de trois heures avant que la Switch ne s’éteigne d’elle-même. C’est très acceptable, mais si vous êtes avec vos enfants en voiture lors d’un trajet de Paris à Brest, mieux vaut ne pas oublier le chargeur pour être tranquille.

En résumé, cette console hybride est très intéressante. Reste à voir comment le catalogue de jeux va s’étoffer dans les mois à venir. La Switch est disponible sur la plupart des sites de ventes en ligne au tarif de 329,99 euros.