0%

Quand le Big Data « made in France » s’exporte en Amérique

1

Proposer des solutions logicielle simplifiant l’accès et l’analyse aux données de masse, c’était l’objectif de la start-up française Saagie lors de sa levée de fonds de 4 millions d’euros à l’automne dernier. Aujourd’hui, poussée par le programme Impact USA de la banque publique d’investissement, la jeune pousse rouennaise met le cap sur la Silicon Valley.

La naissance de Saagie

Une fois le projet concrétisé dans son esprit, le jeune Arnaud Müller n’a pas hésité à pousser la porte du HUB Bpifrance situé boulevard Haussmann. Du haut de ses 36 ans, ce spécialiste de l’analyse de données voulais créer son entreprise, fort de ses expériences dans d’autre grands groupes comme Safran.

C’est ainsi que Saagie a vu le jour avec, pour objectif, des solutions logicielles simplifiant l’accès et l’analyse aux données de masse, appelées encore Big Data, dans les entreprises. Solutions qui relevaient jusqu’alors du monopole des géants américains tels que IBM ou Oracle. Ce en quoi la start-up française se démarque, c’est sa rapidité d’action. Alors que nombreux sont ceux qui passent des années à mettre en place des programmes pharaoniques, Saagie a su démarrer immédiatement son projet.

Le fonctionnement de Saagie consiste a rassembler un maximum de données dans un Data Lake, ou lac de données, interconnectable avec d’autres bases de données, ce qui créé en quelques sortes un socle technologique permettant d’apprendre du passé pour prédire l’avenir.

Un succès unique en France

En trois ans seulement, Saagie a su prouver son talent. En plus de signatures de contrats de maintenance prédictive – soit l’analyse de données des machines dans le but d’anticiper d’éventuels problèmes – avec des grands groupes comme Bouygues Télécom, Vente Privée, Airbus, la Caisse d’Epargne ou encore le Crédit Agricole, l’entreprise française du Big Data n’emploie pas moins de 50 salariés, dont 35 rien que pour la recherche et le développement.

Après une levée de fonds mémorables de plus de 4 millions d’euros à l’automne dernier, c’est maintenant vers le marché outre-Atlantique que la Bpifrance l’emène poursuivre son développement, avec la création d’une filiale américaine.

Que les investisseurs soient toutefois rassurés, la banque française est très exigeante. 82% des poulains qu’elle a propulsé aux USA ont réussi leur implantation est sont devenus des acteurs mondiaux dans leur domaine. Pour Saagie, qui vise les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020, tous les espoirs sont bon.