0%

Notre futur sera-t-il en partie virtuel ?

0

La nouvelle de la transformation du géant Facebook en « Meta » a fait grand bruit. Dans sa conférence très suivie pour annoncer ce changement, Mark Zuckerberg l’a justifié par deux choses. D’abord, le nom ne reflétait plus vraiment la diversité du géant, mais ce n’est pas la raison principale. Meta est donc la contraction de Métavers ou Métaverse en anglais.

Pour le petit génie de l’informatique, ce métavers est tout bonnement le futur des réseaux sociaux, et plus largement d’Internet. Il ne s’agit pas d’une énième application ou d’un nouvel ordinateur très puissant. C’est l’idée même d’un univers parallèle, entièrement numérique, dissocié de la réalité pour en créer une nouvelle. Cela fait un peu science-fiction et pourtant, la technologie n’est pas loin de pouvoir permettre ce genre de succès. Plus encore, des pans entiers de la recherche sont dirigés vers le soin des yeux avec des masseurs oculaires. C’est bien que notre sens de la vision est de plus en plus mis à l’épreuve des écrans. Et cela ne risque pas de changer, au contraire.

Zoom sur ce que pourra être notre futur d’ici quelques années.

L’immersion totale dans le métavers se fera nécessairement via un casque de réalité virtuelle.

Internet, un phénomène qui ne cesse de grandir

Avec la révolution des smartphones, Internet est devenu bien plus accessible. Ainsi, plus de cinq milliards de personnes sont aujourd’hui à même de surfer sur la toile tous les jours. Un chiffre impressionnant qui ne fait qu’assurer la prédominance du net dans nos vies. Autant spectateur qu’acteur, chaque internaute construit la base de données incommensurable qui compose ce réseau. En France, cette démocratisation est nette avec notamment 92 % des foyers ayant accès à une connexion internet. Mais c’est la différence de temps passé entre groupes d’individus qui est la plus marquante. Si les « geeks » passent en moyenne sept heures sur la toile, les autres se contentent d’une petite heure. Mais des deux côtés, ce chiffre est en perpétuelle augmentation.

Pour une partie de la communauté la plus passionnée par la toile, Internet est donc d’ores et déjà un monde parallèle. Et quand on voit les innombrables avantages que présente ce monde digitalisé, on peut aisément le comprendre.

Le monde en ligne, des possibilités infinies

Sur Internet, tout est plus simple et plus rapide. L’extrême diversité des sites et des propositions est son plus grand atout. Quelle que soit votre passion, vous trouverez un forum ou un site qui en parle ou vous permet de l’assouvir. Quand il s’agit de shopping, aucun magasin, même le plus grand du monde, ne peut contenir 1 % de ce qui se vend sur Internet. Absolument tout est accessible en quelques clics. Et le pire pour le réel, c’est que parfois, le service est bien meilleur ! Aucun casino de Las Vegas ne peut proposer des machines à sous gratuites avec plus de 7780 jeux de casino gratuits en ligne, mais sur Internet, c’est possible !
C’est bien ce marqueur entre le monde en ligne et le monde réel qui profite à Internet. Le champ des possibles est énorme et il ne cesse d’augmenter. En effet, pour profiter pleinement de ce monde virtuel, les grandes entreprises misent énormément sur la réalité augmentée et la réalité virtuelle. Une façon d’inscrire le métavers, cet univers parallèle en ligne, dans un autre réel.

La réalité virtuelle, les sens digitalisés

Si pour le moment, le métavers n’est pas vraiment au point, c’est que la séparation entre le réel et Internet est bien nette. Il suffit d’éteindre son écran pour se couper de ce monde. Pourtant, les casques de réalité virtuelle effacent cette frontière. Si, bien entendu, c’est toujours un écran qui vous plonge dans le monde d’Internet, il est directement accolé à vos yeux cette fois-ci, réagissant à vos mouvements de têtes.

Pour un néophyte qui n’a jamais testé de jeu vidéo en réalité virtuelle, la sensation peut être impressionnante voir gênante avec des effets indésirables comme des nausées. Le cerveau à en effet du mal à ne pas considérer ce monde virtuel comme un monde bien réel. En trompant les sens, on peut donc se plonger presque entièrement dans un jeu en réalité virtuel. Et s’il était possible alors de modéliser Internet en “monde” , la sensation d’immersion serait tout aussi grande. C’est d’ailleurs le projet de Mark Zuckerberg avec un réseau social en réalité virtuelle : Horizon Worlds.

Imaginer un avatar virtuel vivant une tout autre vie dans le métavers est donc envisageable. Et si c’est presque possible aujourd’hui, l’évolution de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée grignotera un peu plus la frontière qui sépare la réalité du monde digital. Alors, on pourra réellement parler d’un univers digital parallèle.